Banner Before Header

L’IGNAME DE MBE, UNE CULTURE PROSPERE MAIS A LA MERCI DES PRIX

139

La localité de Mbé dans le département de la Vina est réputée comme l’un des principaux bassins de production d’igname au Cameroun. Pourtant, malgré l’ampleur de cette filière, les producteurs restent vulnérables face aux fluctuations des prix.

Fabrice Espoir , cultivateur de 54 ans à Gamba, en témoigne. Bien qu’il ait déjà vendu cette année deux tas d’igname à 5 000 F CFA chacun, ainsi que quatre sacs de 100 kg à 50 000 F CFA, il se dit contraint de brader une partie de sa récolte pour subvenir aux besoins de sa famille. « Je dois envoyer mes enfants à l’école, voilà pourquoi je vends une bonne partie de la production« , explique-t-il.

Une situation précaire que confirme Alex, voyageur entre Ngaoundéré et Garoua. « On trouve l’igname en vrac à partir de 1 500 F CFA le tas, jusqu’à 10 000 F CFA voire plus« , indique-t-il, soulignant la variabilité des prix selon les quantités.

Pourtant, la production ne cesse d’augmenter dans la région. D’après la délégation régionale de l’agriculture, 2 840 hectares ont été emblavés en 2020, pour une récolte de plus de 37 213 tonnes et un rendement supérieur à 10 tonnes à l’hectare.

Malgré ce succès agricole, les chiffres montrent que les producteurs restent à la merci des fluctuations du marché, faute de structures leur permettant de mieux valoriser leur production et de négocier des prix plus avantageux. L’enjeu est donc de professionnaliser cette filière pour assurer des revenus décents aux paysans de l’Adamaoua.

Alice Epoupa

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.