Banner Before Header

LES ÉMIRATS ARABES UNIS MISENT SUR L’AFRIQUE POUR ACCELERER LA TRANSITION ENERGETIQUE

0 206

Réunis à Nairobi lors du premier Sommet africain sur le climat, les Émirats arabes unis ont annoncé un investissement sans précédent de 4,5 milliards de dollars dans les énergies renouvelables sur le continent. Cette manne financière considérable, orchestrée par Masdar, la société d’énergie propre d’Abu Dhabi, doit permettre de développer 15 gigawatts de capacités d’ici 2030.

De l’aveu même du ministre émirati de l’Industrie et des Technologies, Sultan Al Jaber, il s’agit du « plus important investissement jamais réalisé par un pays arabe dans les renouvelables en Afrique ». Les projets concerneront plusieurs pays, notamment l’Égypte, le Maroc, l’Afrique du Sud et le Kenya. Ils couvriront diverses filières : solaire, éolien et hydrogène vert.

Cette annonce retentissante n’est pas anodine. Elle marque l’engagement des Émirats dans la lutte contre le changement climatique à l’échelle mondiale. Le pays entend bien jouer un rôle moteur pour accélérer le développement des énergies propres sur un continent à l’énorme potentiel mais où elles ne représentent encore que 4,5% du mix électrique.

Réunis à Nairobi lors du premier Sommet africain sur le climat, les Émirats arabes unis ont annoncé un investissement sans précédent de 4,5 milliards de dollars dans les énergies renouvelables sur le continent. Cette manne financière considérable, orchestrée par Masdar, la société d'énergie propre d'Abu Dhabi, doit permettre de développer 15 gigawatts de capacités d'ici 2030.
L’Afrique recèle en effet d’abondantes ressources pour s’affranchir des énergies fossiles : rayonnement solaire, gisements éoliens, fleuves puissants… Autant d’atouts naturels encore largement inexploités faute d’investissements suffisants. L’initiative émiratie pourrait donc avoir un effet d’entraînement et encourager d’autres bailleurs de fonds à miser sur ces énergies d’avenir.

L’Afrique recèle en effet d’abondantes ressources pour s’affranchir des énergies fossiles : rayonnement solaire, gisements éoliens, fleuves puissants… Autant d’atouts naturels encore largement inexploités faute d’investissements suffisants. L’initiative émiratie pourrait donc avoir un effet d’entraînement et encourager d’autres bailleurs de fonds à miser sur ces énergies d’avenir.

À l’heure où le monde peine à tenir ses engagements climatiques, ce vaste programme panafricain envoie un signal fort. Il démontre que la transition écologique est possible, même sur un continent où les défis demeurent immenses. Porté par une volonté politique affichée, ce pari sur l’Afrique verte pourrait bien être gagnant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.