Banner Before Header

LES CREDITS CARBONE : UNE CONTROVERSE PERSISTANTE AU SOMMET AFRICAIN SUR LE CLIMAT 

0 153

L’Afrique, continent le plus vulnérable au changement climatique, doit se tourner vers les énergies renouvelables et mettre fin à l’exploitation des énergies fossiles, estime Oulie Keita, directrice exécutive de Greenpeace Afrique.

Dans une interview accordée à Afrik 21, Mme Keita a salué le premier Sommet africain sur le climat, organisé à Nairobi en septembre 2023. Elle a toutefois regretté que les dirigeants africains n’aient pas pris des engagements plus ambitieux en matière de lutte contre le changement climatique.

« Nous sommes très loin des objectifs de l’Accord de Paris« , a-t-elle déclaré. « L’Afrique doit se tourner vers les énergies renouvelables, qui sont une source d’énergie propre et durable. Elle doit également mettre fin à l’exploitation des énergies fossiles, qui sont une source de pollution et de conflits. »

Mme Keita a également critiqué la taxe carbone sur les produits pétroliers, proposée dans la Déclaration de Nairobi. il s’agit d’une fausse solution .Mme Keita souligne la nécessité de lutter contre le « greenwashing« , une pratique où certaines entreprises utilisent des crédits carbone pour dissimuler leurs actions polluantes. 🚫 Elle reconnaît que cette pratique est préjudiciable à la lutte contre le changement climatique et à la préservation de l’environnement.

Elle insiste sur l’importance d’une approche plus responsable, où les pollueurs sont tenus comptables de leurs actions et où des alternatives durables, telles que les énergies renouvelables, sont mises en avant., « Les pollueurs doivent payer les dommages qu’ils créent dans la vie des communautés. Dans le même temps, ils doivent stopper la pollution. On ne peut pas continuer à accepter les crédits carbone pour le simple prétexte qu’ils permettent la mise en œuvre de projets qui préservent l’environnement. C’est une distraction que nous n’acceptons pas. Il me semble que la communauté internationale est entrain de pousser cet agenda, et on l’a vu au sommet de Nairobi » dit -elle.

une image résumant la taxe carbone

Malheureusement cet agenda ne fera qu’enrichir les pollueurs et ne fera rien pour protéger l’environnement. c ‘est clair pour elle que «  l’achat des crédits carbone n’estompe pas malheureusement les effets des activités des pollueurs sur le terrain et ça ne nous permet pas d’avancer vers l’objectif global de limitation du réchauffement de la planète à 1,5 °C .. »

L’Afrique, déjà durement touchée par les conséquences du changement climatique, subit actuellement les ravages des sécheresses, des inondations et des vagues de chaleur. En tant que continent le plus vulnérable, il est plus que jamais primordial que les dirigeants africains prennent des mesures d’urgence pour lutter contre le changement climatique et protéger leurs populations.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.