Banner Before Header

La désalisation, une solution prometteuse pour lutter contre le stress hydrique dans le monde

0 244

Ensemencer les nuages pour créer des pluies artificielles, remorquer des icebergs depuis l’Antarctique pour abreuver les villes, arroser les cultures côtières avec une eau dessalée…

Les solutions pour lutter contre le stress hydrique, impensables il y a peu, ont investi les imaginaires et la gouvernance de l’eau. Parmi ces eaux dites « non conventionnelles », celles issues de la désalinisation et du traitement des eaux usées progressent rapidement et raflent les investissements. Si bien qu’initialement cantonnées aux pays du Golfe et à l’ouest des États-Unis, elles s’étendent depuis 20 ans à de nombreuses zones arides et régions côtières : Afrique du Nord, Espagne, façade pacifique de l’Amérique, Asie du Sud-Est, îles, etc.

La dessalisation, qui consiste à éliminer le sel et les impuretés de l’eau de mer, est devenue une solution de plus en plus populaire pour répondre à la demande croissante en eau douce dans les régions arides et côtières. Grâce aux avancées technologiques, cette méthode s’est considérablement améliorée au cours des dernières décennies, devenant plus efficace et économiquement viable.

Les pays du Golfe, confrontés à des pénuries d’eau chroniques, ont été parmi les premiers à adopter la dessalisation comme solution à leurs problèmes hydriques. L’Arabie saoudite, par exemple, est le leader mondial de la dessalisation, produisant environ 20% de l’eau douce mondiale issue de cette technique. Les Émirats arabes unis, le Koweït et le Qatar ont également investi massivement dans cette technologie.

Mais la dessalisation ne se limite plus aux pays du Golfe. De nombreuses régions du monde, confrontées à des sécheresses récurrentes et à des pénuries d’eau, ont également adopté cette solution. En Afrique du Nord, l’Algérie et la Tunisie ont lancé des projets de dessalement pour répondre aux besoins croissants en eau potable. En Espagne, où les régions côtières sont particulièrement touchées par le stress hydrique, la dessalination est devenue une priorité nationale.

En Amérique, la façade pacifique est également confrontée à des problèmes d’eau. Des pays comme le Chili, le Pérou et la Californie aux États-Unis ont investi massivement dans la dessalisation pour faire face à la demande croissante en eau douce. En Asie du Sud-Est, où de nombreuses îles sont confrontées à des pénuries d’eau, la dessalisation est également en plein essor.

Outre la dessalisation, le traitement des eaux usées est une autre solution qui gagne en popularité. Les eaux usées, après un traitement adéquat, peuvent être réutilisées pour l’irrigation des cultures, l’arrosage des espaces verts et même la consommation humaine. Cette approche, appelée réutilisation des eaux usées, permet de préserver les ressources en eau douce et de réduire la pression sur les sources naturelles.

Cependant, malgré les avantages évidents de la dessalisation et du traitement des eaux usées, ces solutions ne sont pas sans défis. La dessalination est un processus énergivore et coûteux, ce qui limite sa mise en œuvre à grande échelle. De plus, la gestion des déchets salins issus de la dessalination pose également des problèmes environnementaux.

Quant à la réutilisation des eaux usées, elle est souvent confrontée à des réticences sociales et culturelles. Les gens sont souvent réticents à l’idée de boire de l’eau provenant des eaux usées, même si elle est parfaitement traitée et sûre. Il est donc essentiel de sensibiliser et d’éduquer le public sur les avantages de cette approche.

Malgré ces défis, la désalination et le traitement des eaux usées restent des solutions prometteuses pour lutter contre le stress hydrique. Avec les avancées technologiques continues et une meilleure sensibilisation du public, ces approches pourraient jouer un rôle clé dans la gestion de l’eau dans les régions arides et côtières du monde entier.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.