Banner Before Header

FLAMBEE DES PRIX AGRICOLES DANS LA REGION DU SUD-OUEST: LE PLANTAIN AU CŒUR DES TENSIONS

0 177

Eunice Elvis est commerçante au marché de Muea à Buea. Elle achète des plantains à Muyuka et les vend à Muea. Mais contrairement à avant, lorsque le commerce était fluide et qu’elle faisait d’énormes bénéfices, le travail est maintenant difficile car elle a été obligée d’augmenter ses prix.

En effet, lorsqu’elle achète les plantains à des prix bas aux agriculteurs, avant d’atteindre Buea, elle a déjà dépensé beaucoup d’argent aux nombreux postes de contrôle. En plus de cela, l’augmentation du prix de l’essence a également poussé les chauffeurs à augmenter le coût du transport. Eunice doit donc rentrer dans ses frais et, pour ce faire, elle ne peut pas supporter le coût. C’est pourquoi elle le répercute sur les consommateurs et leur vend les plantains à des prix exorbitants.

« J’achète à Pondo, Mautu et Muyuka pour vendre au marché de Muea. J’achète le plantain à 5 000 FCFA pour les gros régimes et à 3 000 FCFA pour les petits régimes« , dit-elle. « Pour transporter un régime, il faut payer 400 FCFA juste pour atteindre Muea, donc si vous en achetez plusieurs, c’est calculé par régime.« 

Mabu Martha, également commerçante et qui achète aux agriculteurs de Muyuka, Bafia et Ikata, affirme que les routes de la ferme au marché ne sont pas goudronnées, ce qui l’oblige à utiliser d’autres moyens de transport.

Eunice Elvis est commerçante au marché de Muea à Buea. Elle achète des plantains à Muyuka et les vend à Muea. Mais contrairement à avant, lorsque le commerce était fluide et qu'elle faisait d'énormes bénéfices, le travail est maintenant difficile car elle a été obligée d'augmenter ses prix.
J’achète le plantain à 5 000 FCFA pour les gros régimes et à 3 000 FCFA pour les petits régimes..

« Là où le véhicule Hilux ne peut pas aller, il faut utiliser un camion ou une moto, et ils nous font payer très cher« , dit-elle.

Maintenant, avec la crise anglophone, les choses ont empiré pour elle. En effet, beaucoup de gens se réfugient dans la brousse et se tournent donc vers la consommation des plantains, ce qui provoque une pénurie.

« Le transport est cher, nous devons payer le contrôle de la police, d’autres contrôles et les taxes du marché imposées par le conseil sont trop élevées. Je dois donc augmenter le prix du plantain pour pouvoir rentrer chez moi avec quelque chose à manger« , dit-elle.

Martha dit qu’elle achète un gros régime à 3 500 FCFA et que, lorsqu’il arrive à Buea, elle doit augmenter le prix pour couvrir ses frais, car elle vend les gros régimes à 8 000 FCFA et les petits régimes à 3 500 FCFA.

La hausse des prix du plantain complique les choses pour les consommateurs, en particulier ceux qui l’achètent pour le transformer en d’autres produits. Esther Epie, mère de deux enfants, est dans le commerce des chips depuis plus de trois ans maintenant. En raison de l’augmentation des prix, elle ne peut plus se permettre de continuer ce commerce. Elle est donc passée des chips au maïs grillé.

« Avant, j’achetais un régime de plantain pour 3 500 ou 4 000 FCFA et, après l’avoir frit, je pouvais réaliser un bénéfice de 4 000 FCFA. Mais maintenant, j’achète le plantain à 8 000 FCFA le régime et je ne peux réaliser que 1 500 FCFA de bénéfice. Je dois donc changer d’activité et attendre que le prix baisse« , dit-elle.

Le plantain n’est pas le seul produit dont le prix a augmenté. D’autres produits agricoles, comme le manioc, le maïs et d’autres, ont également vu leur prix augmenter. Cela a un impact négatif sur les consommateurs et de nombreux vendeurs de denrées alimentaires.

Il est important que le gouvernement camerounais prenne des mesures pour aider les consommateurs et les vendeurs à faire face à cette situation difficile. Cela pourrait inclure la réduction des taxes sur les produits agricoles, la fourniture de subventions aux agriculteurs et aux vendeurs, et l’amélioration des routes de la ferme au marché.

Cedric Pokam

lire l’article original en cliquant le lien ci-après :https://www.thepostnp.com/buea-traders-lament-how-bad-roads-numerous-checkpoints-inflate-plantain-prices/

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.