Banner Before Header

ÉLIANE UBALIJORO : «  HISTORIQUEMENT, EN AFRIQUE, NOUS N’AVONS PAS OBTENU CE QUE NOUS MERITIONS. NOUS DEVONS DONC NEGOCIER NOTRE PLACE DANS LE MONDE »

0 155

Plus tôt cette année, Éliane Ubalijoro a rejoint CIFOR-ICRAF en tant que directrice générale, devenant ainsi la première femme africaine à la tête d’un centre de recherche du CGIAR en 52 ans d’histoire.Si une leçon doit être tirée de son parcours remarquable, c’est que, selon ses propres mots, « aucun effort n’est trop petit. Nous faisons chacun tout ce que nous pouvons. » Dans cette interview exclusive récemment diffusée sur GLF Live, notre nouvelle directrice générale se confie sur ce qui l’inspire dans son travail, comment nous pouvons repenser nos systèmes mondiaux et pourquoi les Africains doivent se rassembler pour demander la justice climatique.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours personnel et de votre lien avec la Terre et ses paysages – d’où cela a commencé et où nous en sommes maintenant ?

Je suis née au Rwanda en 1972 et j’ai passé beaucoup de temps à la campagne, avec des petits agriculteurs et en appréciant la beauté des forêts. J’ai grandi sur trois continents : l’Afrique, l’Amérique du Nord et l’Europe, et mes souvenirs d’enfance sont tous liés à la Terre et aux leçons que j’ai apprises de ma mère sur la manière de prendre soin de la Terre. Le compostage, le recyclage, la vie en économie circulaire, car c’est ainsi que les gens vivaient à la campagne en Afrique depuis des millénaires. C’est ma base.

Ayant grandi partout dans le monde, j’ai réalisé que les choses que je tenais pour acquises en matière de réutilisation, de recyclage et de régénération sont devenues, au XXIe siècle, vraiment centrales dans la façon dont nous envisageons la croissance des économies vertes dans le monde entier. À 17 ans, je suis allée au Canada, où j’ai étudié l’agriculture générale, et pendant mes études universitaires, la guerre civile a éclaté au Rwanda, donc quand je suis rentrée chez moi et que j’ai travaillé dans la recherche agricole, cela a été très difficile.

J’ai réalisé que mon rêve de travailler avec des petits agriculteurs devrait être mis en attente, alors j’ai décidé d’étudier la génétique moléculaire, car j’étais intéressée par les innovations de pointe : travailler à l’interface de la génétique, des découvertes qui allaient changer notre relation à l’ADN.

Pendant mes études, le premier génome humain a été séquencé et la bioinformatique est née. J’ai réalisé que pour être à la pointe en Amérique du Nord, je devais travailler à l’interface de la génétique moléculaire et de la bioinformatique. Après avoir terminé mon doctorat, j’ai rejoint une entreprise de biotechnologie spécialisée dans les diagnostics moléculaires.

Beaucoup de gens pensent que la biotechnologie signifie travailler sur des cultures génétiquement modifiées, mais ce n’est pas la réalité. La biotechnologie est un vaste domaine qui utilise l’ADN comme outil. Et dans mon cas, il s’agissait d’utiliser l’ADN comme outil de diagnostic pour l’industrie alimentaire afin de savoir s’il y a des contaminations microbiennes dans les aliments, des contaminations environnementales ou du bioterrorisme.

Après cela, j’ai eu ma fille et j’ai voulu explorer la possibilité de travailler de nouveau au Rwanda. À ce moment-là, les choses étaient beaucoup plus calmes lorsque ma fille est née en 2000, et c’était une nouvelle ère. J’ai participé à un atelier sur la construction des bioéconomies africaines en 2007, ce qui a été une révélation : j’ai réalisé que les écosystèmes d’innovation avaient de grandes lacunes en Afrique et que nous avions besoin d’un leadership visionnaire pour travailler de manière collaborative, des universités aux organisations à but non lucratif, en passant par les gouvernements et le secteur privé, afin de construire ces économies locales basées sur l’innovation qui exploiteraient nos ressources naturelles.

C’était le début d’un voyage pour moi, travaillant à l’interface de l’agriculture, de l’environnement et de la santé, et comprenant comment les trois étaient liés et essentiels à la construction d’une bioéconomie solide.

Depuis lors, mon parcours a consisté à travailler à l’interface de la biodiversité et de la santé, et à découvrir de nouveaux médicaments à l’interface de l’environnement et des marchés émergents. Lorsque j’ai commencé à m’intéresser aux marchés du carbone au début des années 2000, l’Afrique n’en détenait que 5 %. Je me suis dit que pour permettre une croissance durable de l’Afrique et construire la prospérité, il fallait qu’elle soit verte, et donc je savais que nous devrions nous concentrer sur le financement climatique.

Aujourd’hui, nous sommes dans un espace très différent en ce qui concerne la nature et les finances. Nous avons eu une COP15 très réussie à Montréal, avec la présence la plus importante du secteur privé jamais enregistrée lors d’une COP sur la biodiversité. C’est un endroit formidable où se trouver.

Ici en Afrique, nous subissons les conséquences de la crise climatique malgré avoir contribué le moins. Comment pouvons-nous remédier à cela ?

Un de mes amis, avocat environnementaliste nigérian, m’a partagé une phrase que je garde au cœur de mon travail : « On n’obtient pas ce que l’on mérite, on obtient ce que l’on négocie. »

Historiquement, en Afrique, nous n’avons pas obtenu ce que nous méritions. Nous devons donc négocier notre place dans le monde. Nous détenons 26% de la biodiversité de la planète. Nous avons un immense potentiel en termes de séquestration du carbone. Nous avons un immense potentiel pour exploiter les énergies renouvelables afin de dynamiser nos économies. Mais nous vivons encore à une époque où la plupart des Africains n’ont pas accès à l’énergie.

Alors, comment accélérer la croissance verte pour qu’elle devienne centrale dans notre manière de vivre et de travailler en Afrique ? Comment nous assurer que les investissements nécessaires soient dérisqués pour accélérer cette croissance et nous permettre de contribuer à une économie mondiale positive pour les personnes et la planète ? Comment, en tant qu’humanité, vivons-nous notre interconnexion pour investir collectivement en Afrique afin de restaurer la biodiversité et permettre à l’Afrique de croître de la manière la plus écologique possible ?

Cette combinaison nous aide à atteindre les objectifs de zéro émission nette et de nature positive dont nous avons collectivement besoin pour la planète. Il s’agit d’un problème mondial, pas seulement africain, et nous devons nous rappeler qu’ils sont cruciaux : les poumons de la planète se trouvent ici en Afrique. Nous devons veiller à ce que des régions comme le bassin du Congo soient préservées, prises en charge et restaurées, et nous devons accélérer ce travail pour nous assurer que l’Afrique puisse contribuer à nous aider à atteindre nos objectifs mondiaux.

Comme vous l’avez dit, nous devons changer de manière critique notre fonctionnement en tant que planète pour faire face à ces crises. Comment pouvons-nous y parvenir ?

Je pense que nous devons être très prudents de ne pas mettre toute la responsabilité sur les citoyens. Nous devons comprendre que nos systèmes de gouvernance mondiale sont très importants pour ce à quoi nous, citoyens de cette planète, avons accès. Nous sommes encore dans une situation où nous avons d’importants investissements dans les plastiques non dégradables et dans les industries pétrolières, et cela s’ajoute à ce que nous devrions investir pour atteindre les objectifs de développement durable. On ne peut pas mettre cela sur le changement de comportement d’un seul citoyen à la fois. Nous avons besoin de notre système de gouvernance mondiale.

Nous avons besoin que nos systèmes financiers soient entièrement alignés sur ce qui est nécessaire pour une croissance verte, mais nous devons également planifier la transition. Nous ne pouvons pas dire que nous devons arrêter l’industrie pétrolière demain – nous ne le pouvons pas. Nous devons donc planifier une transition juste pour nous assurer de créer un accès à l’énergie durable et à l’information numérique pour tout le monde sur la planète, tout en investissant de manière proactive dans la transition et en accélérant cette transition.

Nous savons que nous investissons insuffisamment dans le climat, en particulier en Afrique. Nous devons accélérer ces investissements, et en tant que chercheurs au CIFOR-ICRAF, nous devons aider à fournir les données nécessaires pour réduire les risques de ces investissements. Nous devons accompagner les gouvernements, le secteur privé, les petits agriculteurs, pour créer une plus grande interconnexion en termes de nos systèmes d’innovation mondiale et locale qui soutiennent cette transition juste.

C’est là que le leadership est nécessaire pour combler ces lacunes – et c’est là que l’héritage de femmes extraordinaires comme Wangari Maathai est si important.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.