Banner Before Header

DEFORESTATION AU CAMEROUN : UNE COURSE CONTRE LA MONTRE POUR SAUVER NOTRE PATRIMOINE NATUREL

0 168

 Les rapports récemment publiés par les ministères des Forêts et de la Faune, ainsi que de l’Environnement, de la Protection de la nature et du Développement durable, en collaboration avec le World Resources Institute (WRI), dévoilent une réalité effroyable sur la perte de couverture forestière au Cameroun. Ces rapports nous permettent de comprendre les tendances et l’impact de nos actions sur nos forêts. Le constat est sans appel : près de 80% de la perte forestière enregistrée provient des zones forestières non permanentes en 2020, atteignant 78,6% en 2021.

Malheureusement, ces pertes de couverture forestière découlent en grande partie de la satisfaction de nos besoins fondamentaux, tels que l’accès à la nourriture et à l’énergie. Grâce à des avancées technologiques et à des outils de surveillance tels que l’Atlas forestier interactif et Global Forest Watch (GFW), développés par le WRI et ses partenaires, nous pouvons désormais suivre en temps réel l’évolution de notre couverture forestière. En combinant des images satellitaires radar (RADD) et Landsat GLAD aux informations sur les attributions des terres, le WRI aide les autorités et toutes les parties prenantes à agir rapidement afin de réduire les risques de déforestation.

l ‘écosystème du pangolin se réduit de plus en plus

Plus de 700 000 hectares perdus entre 2002 et 2020, un cri d’alarme pour notre héritage naturel

La préservation des forêts camerounaises est essentielle, car elles constituent le deuxième massif forestier le plus vaste d’Afrique, après celui de la République démocratique du Congo. Selon les sources officielles, la superficie des forêts denses est estimée à environ 19 millions d’hectares. Le domaine forestier permanent, comprenant les aires protégées et les réserves forestières, couvre une superficie de 12,78 millions d’hectares. Quant au domaine forestier non permanent, il s’étend sur 6,85 millions d’hectares.

Malheureusement, la déforestation constitue une menace croissante pour cet écosystème vital. Selon les données de Global Forest Watch, la superficie totale des forêts primaires humides a diminué de façon alarmante de 3,7% entre 2002 et 2020, ce qui équivaut à une perte de 708 000 hectares de forêts primaires humides au Cameroun, soit 48% de la couverture forestière totale sur cette période. Des pics de déforestation ont été enregistrés notamment en 2014, 2017 et 2020. De plus, entre 2001 et 2020, une perte de 1,53 million d’hectares de couvert arboré (comprenant les formes arborées de bambous, de palmiers et de fougères) a été enregistrée, soit une diminution de 4,9% depuis l’an 2000, entraînant l’émission de 903 millions de tonnes de gaz à effet de serre.

Une course contre la montre pour préserver notre patrimoine naturel

L’ampleur de la déforestation au Cameroun doit nous alerter et nous mobiliser d’urgence. Nous sommes confrontés à une course contre la montre pour sauver notre patrimoine naturel. Les conséquences de cette dégradation environnementale dépassent de loin la simple perte de biodiversité. La déforestation accélérée contribue au réchauffement climatique, à la destruction des habitats naturels, à l’appauvrissement des sols et à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre.

Il est crucial de prendre des mesures immédiates pour inverser cette tendance destructrice. La protection des forêts et la promotion de pratiques durables doivent être au cœur de nos préoccupations. Les autorités, les communautés locales, les organisations environnementales et tous les acteurs concernés doivent unir leurs forces pour réguler efficacement l’exploitation des ressources forestières, encourager des alternatives économiques respectueuses de l’environnement et éduquer les populations sur l’importance de préserver notre patrimoine naturel pour les générations futures.

Ne laissons pas nos forêts disparaître entre les doigts de l’avidité et de l’ignorance. Agissons maintenant pour protéger l’héritage naturel du Cameroun, car il est encore temps de changer le cours de cette histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.