Banner Before Header

ANALYSE APPROFONDIE DES CHIFFRES : LES PERFORMANCES CONTRASTEES DES CULTURES VIVRIERES DANS LA REGION DE L’OUEST

0 124

La région de l’Ouest est connue pour sa diversité agricole et son rôle essentiel dans la production de cultures vivrières. Les données relatives aux productions et aux superficies des principales cultures de la région pour les années 2018 et 2019 révèlent des tendances intéressantes et des disparités. Cette analyse approfondie des chiffres met en lumière les performances contrastées de différentes cultures vivrières dans la région.

Le maïs, une culture vitale pour la région, a enregistré une augmentation significative de 9% de sa production entre 2018 et 2019, soutenue par l’introduction de la variété hybride Pannar, réputée pour son rendement élevé. La production de pommes de terre a également connu une croissance impressionnante de 9,8%, avec une croissance simultanée de la superficie cultivée de 14,9%. Ces chiffres attirent l’attention sur l’intérêt croissant pour la pomme de terre dans la région, peut-être en raison de sa valeur économique et nutritive.

En 2019, sa production s’élevait à 29 579,50 tonnes, avec une superficie récoltée de4 495,20 hectares. Bien que ces chiffres indiquent une légère baisse par rapport à l’année précédente, le taro conserve sa place parmi les cultures vivrières les plus importantes de la région.

Le taro est une plante vivrière largement cultivée dans la région de l’Ouest. En 2019, sa production s’élevait à 29 579,50 tonnes, avec une superficie récoltée de 4 495,20 hectares. Bien que ces chiffres indiquent une légère baisse par rapport à l’année précédente, le taro conserve sa place parmi les cultures vivrières les plus importantes de la région.

La production de banane douce a été affectée par une baisse de superficie de 19,5%. En revanche, la production de banane plantain a connu une augmentation de 2,7%, malgré une légère augmentation des superficies de seulement 1%.

Les pommes de terre ont vu une diminution de leur superficie de 9,8%, mais ont enregistré une croissance de la production de 14,9%. Cela indique une augmentation de la productivité par unité de surface.

Le manioc a connu une diminution des superficies de 4,7%, mais a maintenu une production relativement stable. Cette culture reste d’une grande importance pour la sécurité alimentaire de la région.

Cependant, la production de manioc, une culture traditionnelle dans la région, reste relativement stable, malgré une augmentation de 4,7% sur la période considérée. La banane plantain a enregistré une baisse de 2,7% de sa production, malgré une légère augmentation de 1% des superficies dédiées à cette culture. Ces chiffres soulignent la nécessité d’explorer les raisons sous-jacentes de cette baisse de production et d’adapter les pratiques culturales en conséquence.

forte baisse de 26,8% entre 2018 et 2019.

La production de patates dans la région de l’Ouest a connu une baisse significative de 9,3% entre 2018 et 2019, malgré une légère augmentation de la superficie cultivée de 1,8%. Cette diminution peut être attribuée à plusieurs facteurs, notamment les conditions météorologiques défavorables et les problèmes liés à l’approvisionnement en semences de qualité. Il est essentiel de remédier à ces problèmes afin de stimuler la production de patates dans la région et de répondre aux besoins croissants de la population.

La production de tomates dans la région de l’Ouest a également connu une forte baisse de 26,8% entre 2018 et 2019. Cette diminution est accompagnée d’une chute de la superficie cultivée de 34,3%. Les conditions climatiques, notamment les fortes pluies, ont eu un impact négatif sur la production de tomates, en rendant plus difficile la gestion des maladies et des ravageurs. Pour revitaliser cette culture, il est nécessaire d’investir dans des pratiques culturales adaptées et de renforcer les capacités des agriculteurs pour faire face à ces défis.

Contrairement à la patate et à la tomate, la production de banane douce a enregistré une baisse plus modérée de 2,7% entre 2018 et 2019. Cependant, la superficie cultivée a également connu une légère augmentation de 1%. Cette baisse relativement faible s’explique par la résilience de la banane douce face aux conditions météorologiques adverses. Toutefois, il est important de noter que des efforts supplémentaires doivent être déployés pour maintenir la santé des bananeraies et prévenir les maladies qui pourraient menacer cette culture majeure dans la région.

Il est important de noter l’impact des précipitations abondantes dans la région sur les cultures vivrières. Les inondations ont affecté les cultures de bas-fonds, tandis que les bananiers, vulnérables aux intempéries, ont également été touchés. Cependant, ces conditions météorologiques ont eu des effets positifs sur d’autres cultures comme les racines et tubercules, ainsi que les céréales.

Cette analyse approfondie des chiffres concernant les productions et les superficies des cultures vivrières dans la région de l’Ouest dévoile une situation contrastée. Les performances variables des différentes cultures soulignent la nécessité de diversifier les cultures, d’améliorer les pratiques agricoles et de renforcer la résilience face aux changements climatiques. Les décideurs régionaux, les agriculteurs et les partenaires du secteur agricole doivent prendre en compte ces chiffres et leur analyse approfondie pour informer les politiques agricoles, le soutien aux agriculteurs et les stratégies de développement rural.

L’objectif ultime est de garantir la sécurité alimentaire durable et la prospérité économique de la région de l’Ouest. Cette analyse approfondie des chiffres est un appel à l’action pour tous les acteurs du secteur agricole, afin de travailler ensemble pour relever les défis et capitaliser sur les opportunités pour un avenir agricole prospère dans la région de l’Ouest.

Mireille Tchoumnou

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.