Banner Before Header

Alarme à Douala : Cancer de la Prostate en Hausse

0 189

Une étude approfondie sur l’épidémiologie et le diagnostic du cancer de la prostate a été menée dans la ville de Douala, au Cameroun. Les données ont été collectées dans quatre formations sanitaires renommées de la région, à savoir l’Hôpital Laquintinie, l’Hôpital Général, l’Hôpital Catholique des soeurs de Logpom et le Laboratoire d’anatomopathologie Pravilna.

L’étude, qui s’est déroulée sur une période de 10 ans, de janvier 2011 à décembre 2020, a recueilli des informations provenant des dossiers médicaux de 327 patients répondant aux critères de sélection établis. Les critères d’inclusion étaient les dossiers de patients présentant un cancer primitif de la prostate, histologiquement confirmé entre janvier 2011 et décembre 2020. Les données insuffisantes ou incomplètes ont été exclues de l’analyse.

Les résultats de l’étude sont préoccupants. Sur les 761 cas de cancers urogénitaux identifiés, 542 étaient des cas de cancer de la prostate, représentant ainsi une prévalence inquiétante de 71,22%. Cette forte prévalence souligne l’importance de se pencher sur cette problématique de santé publique dans la région.

Une étude approfondie sur l'épidémiologie et le diagnostic du cancer de la prostate a été menée dans la ville de Douala, au Cameroun. Les données ont été collectées dans quatre formations sanitaires renommées de la région, à savoir l'Hôpital Laquintinie, l'Hôpital Général, l'Hôpital Catholique des soeurs de Logpom et le Laboratoire d'anatomopathologie Pravilna.

Une analyse plus détaillée des données a révélé que la présentation clinique du cancer de la prostate était classique parmi les patients étudiés. Dans environ 75,21% des cas, les symptômes urinaires étaient prédominants, tels que la rétention d’urine, la dysurie et la pollakiurie. Cependant, d’autres symptômes tels que l’asthénie, les douleurs osseuses et les douleurs lombaires étaient également fréquemment signalés.

L’âge moyen des patients atteints de cancer de la prostate était de 68,67 ans, avec une variation allant de 47 à 89 ans. Les tranches d’âge de 60 à 69 ans et de 70 à 79 ans ont représenté ensemble 79,5% des cas, soulignant l’incidence plus élevée de la maladie chez les personnes âgées.

En ce qui concerne les caractéristiques diagnostiques, les données ont révélé des motifs inquiétants. La plupart des tumeurs de la prostate étaient classées T3/T4, indiquant une progression avancée de la maladie. De plus, la majorité des cancers présentaient un score de Gleason de grade intermédiaire, suggérant une différenciation tumorale moyenne. Environ la moitié des patients présentaient des métastases, principalement au niveau des os.

Ces résultats soulignent la nécessité d’une sensibilisation accrue, d’une détection précoce et d’une prise en charge adéquate du cancer de la prostate à Douala. Des stratégies de dépistage précoce et des actions de sensibilisation doivent être mises en place pour améliorer le pronostic et la survie des patients.

En tant que ville cosmopolite et la plus peuplée du pays, Douala nécessite une meilleure compréhension des particularités épidémiologiques, cliniques et paracliniques spécifiques au cancer de la prostate. Les résultats de cette étude fournissent une base solide pour des recherches futures et des politiques de santé ciblées visant à lutter contre cette maladie dévastatrice.

Arielle Magoum

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.